Les premiers habitants de l’île étaient des Arawaks, peuple indien réparti jadis dans toute la zone caraïbe. En 1492, Christophe Colomb prit possession de l’île au nom de l’Espagne. Pendant une quarantaine d’années, les Espagnols y exploitèrent des mines d’or, mais celles-ci s’épuisèrent vers 1530.

Au xviie siècle, les Espagnols cédèrent le tiers ouest de l’île aux Français. Ceux-ci en firent l’une des colonies les plus prospères de l’hémisphère occidental. Des milliers d’esclaves furent amenés d’Afrique pour travailler dans les plantations de canne à sucre et de café. En 1791, commença la révolte des esclaves. Pendant douze ans, les Noirs combattront pour leur affranchissement et la liberté de leur pays sous le commandement de Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines et Henri Christophe. En 1803, la France fut vaincue et, le 1er janvier 1804, Haïti devint un pays indépendant. Ce sera la première république noire du monde.

Entre 1843 et 1915, le pays traversa plusieurs crises économiques et politiques. De 1915 à 1934, les États-Unis occupèrent Haïti en raison de l’instabilité politique du pays et de son importance stratégique. À deux reprises, en 1946 et en 1950, un coup d’État militaire renversa un président élu. En 1957, le docteur François Duvalier (« Papa Doc ») prit le pouvoir. Il fit régner sur le pays un régime de terreur grâce à sa police secrète, les tontons macoutes. Quand il mourut, en 1971, son fils, Jean-Claude Duvalier («Baby Doc»), lui succéda. Pendant 15 ans, il régna en dictateur sur Haïti. Finalement déposé en 1986, il fut forcé de quitter le pays.

En 1987, une nouvelle constitution est adoptée, prévoyant un parlement élu, un président élu, qui est le chef de l’État, un premier ministre, un cabinet ministériel et une cour suprême. Plusieurs gouvernements se succèdent de 1986 à 1990. En 1991, Jean-Bertrand Aristide est élu. C’est le premier chef d’État élu démocratiquement en 200 ans d’existence du pays. Peu de temps après, des membres de l’armée forcent le président à quitter Haïti.

Bon nombre d’Haïtiens, de même que la communauté internationale, s’opposent au gouvernement militaire qui lui succède. Les Nations unies imposent des restrictions sur les voyages à destination ou en provenance d’Haïti. En 1994, Aristide revient en Haïti et retrouve ses fonctions. Des forces de maintien de la paix, dont des troupes canadiennes, sont envoyées sur place pour assurer la transition.

Profile photo of radif

radif

leave a comment

Create Account



Log In Your Account